Ce soir je me sens d’humeur à pester, contre ces confrères qui pensent qu’en vous pourrissant la vie ils vont gagner le dossier.

* ils ne vous envoient les pièces que le plus tard possible,

* ils « omettent » de vous transmettre copie des assignations qu’ils font délivrer,

* ils vous envoient 200 pages de conclusions la veille de l’audience par fax à 23 heures

* ils demandent le renvoi au tribunal et « oublient » de vous en informer

* et bien entendu, si vous venez d’un barreau éloigné (et pire, de Paris), ils ne tiennent aucun compte de vos contingences de déplacement.

C’est vrai que justement aujourd’hui j’ai réservé mes billets de train pour la semaine prochaine.

Pour plaider à Annecy en fin d’après midi, je vais devoir partir de chez moi à Paris vers 9 heures et serais de retour au mieux vers 23 heures après plus de 7 heures de train.

Pour cela il est probable qu’en plus je devrais faire une quarantaine de kilomètres pour attraper un train de retour, sinon c’est la nuit sur place.

Il est vrai qu’un confrère agréable, connaissant sa ville et tenant compte d’autrui, aurait pu envisager une audience en début d’après midi, me permettant de revenir à Paris à une heure familialement acceptable.

Mais il fait parti de ceux qui « oublient » cette confraternité là. (pièces non communiquées, assignation délivrée sans m’en informer, heure d’audience en fin d’après midi, allégations sans fondement…)

Je vais faire avec, comme nous tous, mais qu’a t’il à y gagner? 

Pour son dossier, rien.

Pour sa cliente, rien non plus, elle ignore tout de cela et c’est bien normal.

Vis à vis du juge, rien, il l’ignore et s’en moque.

En ce qui me concerne, il y gagne mon inimitié (je sais, il s’en moque) et probablement un certain énervement.

Je serais prête et mon dossier aussi, et le fait que ma soirée soit gâchée et ma vie de famille aussi ne saurait lui apporter quoi que ce soit.

Alors? Nous avons un métier parfois difficile, pourquoi le compliquer par des relations conflictuelles ou désagréables envers des confrères le plus souvent inconnus?

Et si, je sais je rêve, chacun de nous essayais de prendre un (tout) petit moment pour rendre la vie plus douce à tous…