Même lorsqu’elles ont des revenus conséquents, les femmes sont souvent très étonnée d’apprendre qu’elle peuvent être amenées à verser une pension alimentaire à leur mari pour lui ou pour les enfants.

La loi ne fait pas de différence entre homme et femme, et l’un comme l’autre peut recevoir une pension s’il se trouve en état de nécessité ou si les enfants résident chez lui.

En se mariant les époux se promettent secours et assistance. C’est en application de ce devoir de secours qu’une pension alimentaire peut être ordonnée. Elle doit être versée à celui des époux qui en a la nécessité par l’autre.

De même lorsque la résidence d’un enfant est confiée à l’un des parents, l’autre doit lui verser une pension alimentaire à titre de participation à l’éducation et l’entretien de l’enfant qui en a besoin.

Enfin lorsqu’une résidence alternée est ordonnée, une pension peut être versée par l’un des parents à l’autre pour permettre que l’éducation et l’entretien de l’enfant puisse se poursuivre décemment chez les deux parents.

Le point commun entre ces différentes situations est l’état de nécessité où se trouve le bénéficiaire de la pension, que ce soit le conjoit ou les enfants.

Il faut toutefois savoir que bien souvent le montant des pensions allouées à un mari ou un père est moins important que celui octroyé dans des conditions identiques à une femme. Cela n’a aucun fondement légal et il faut se battre au quotidien contre cela en préparant des dossiers particulièrement construits dans ce type de situation.