Il m’a toujours semblé que l’avocat a pour vocation de se faire bien comprendre de ses clients qui par essence ne sont pas des spécialistes de la matière qu’il traite.

Je fais particulièrement attention à ne pas « jargonner » inutilement et à être aussi vulgarisatrice que possible car il me semble inutile de transmettre une information incompréhensible.

Je m’aperçois avec regret que certains de mes confrères ne semblent pas partager ce souci et se moquent visiblement d’être compris.

Des amis (non juristes) ayant un problème spécifique sur un sujet particulièrement complexe et abscons ont fait appel à un spécialiste de la matière pour avoir une consultation précise.

Ils ont reçu une consultation de 27 pages parfaitement incompréhensibles. C’est un article digne d’être publié dans une revue juridique spécialisée mais certainement pas un document utilisable par le particulier.

Je ne résiste pas au « plaisir » douteux de vous faire partager la clarté du propos:

« il s’agit d’un arrêt de rejet: la portée d’un arrêt de rejet est bien moindre que celle d’un arrêt de cassation, notamment en raison de l’absence d’attendu de principe.« 

Alors, informé? eux non! et moi je suis furieuse de l’attitude de ce confrère que je considère comme irrespectueuse.