La prestation compensatoire, vaste sujet qui, je l’avoue, me met au fond fort mal à l’aise.

Sur le plan du droit, tout va bien, je maitrise.

C’est moralement que je suis plus …dubitative.

L’objectif avoué de cette prestation est de permettre aux femmes qui n’ont pas travaillé pour s’occuper de leur famille de ne pas se retrouver sans rien au moment du divorce. Et c’est tout à fait légitime.

Mais en pratique, la prestation compensatoire sous forme de capital (même renté) ouvre un champ sans fin d’injustices et d’effets pervers.

De la femme qui a intérêt à ne surtout pas trouver un emploi à celle qui attend le prononcé du divorce pour se remettre en ménage avec un compagnon financièrement avantageux en passant par celle qui n’a même pas 40 ans et considère qu’avoir été mariée 10 ans doit suffir à la faire vivre…

Si la protection de la femme au foyer sans capacité financière future est une évidence, il me semble cependant que la prestation compensatoire est, dans bien des cas, considérée comme une sorte de jackpot assez malsain.

Qu’en pensez vous?