Fréquemment j’entends dans les médias,la question: quelle est votre journée type, combien de fois plaidez-vous par semaine…

Cette méconnaissance bien normale de ce qu’est la réalité pratique de notre profession m’amène à vous raconter une journée parmis tant d’autre.

8h je quitte mon appartement pour me lancer dans les embouteillages parisiens car j’ai une audience à 9h45 à Pontoise (ce pourrait être Meaux, Melun, Fontainebleau, Evry, Versailles, Créteil, Nanterre, Bobigny ou Paris. Quand c’est la province, je pars plus tôt pour attraper le train ou l’avion).

9h25 j’arrive au tribunal et retrouve mon client.

Je regarde le rôle de l’audience (la liste des affaires), le juge a commencé à 9h avec une affaire par 1/4 d’heure et a déjà pris du retard.

Je cherche le confrère adverse pour voir s’il est bien arrivé et tenter une dernière fois de trouver une solution amiable, sans succès.

J’attends avec le client …..

10h15 le client s’impatiente, pas moi, je suis habituée. J’appelle ma secrétaire, je relève mes emails et je réponds aux plus urgents.

10h40 ça y est, on nous appelle.

11h nous avons terminé, la décision sera rendue dans 15 jours, je reprends la voiture pour rentrer au cabinet.

embouteillages monstres, me voici bloquée sur l’autoroute…j’en profite pour passer quelques appels téléphoniques et joindre les clients qui m’ont appelé ce matin.

12h30 j’arrive enfin au bureau. Ma secrétaire m’attends, nous avons un dégât des eaux. Je dois monter voir le propriétaire du dessus, lui expliquer, faire le nécessaire avec lui puis appeler la compagnie d’assurances et faire le constat.

13h30 avec tout ça je n’ai pas encore pu voir le courrier, c’est urgent, pas le temps de déjeuner. Je dicte à ma secrétaire les réponses.

14h mon rendez-vous arrive.

15h fin du rendez-vous, je dicte un note résumant le rendez vous. Je dois en urgence passer divers appels téléphoniques, certains de mes correspondants ferment tôt.

15h30 nouveau rendez-vous.

17h, fin du rendez-vous, je dicte la note et commence vraiment à avoir faim. Pas le temps, ma secrétaire vient m’apporter du courrier à relire et à signer.

17h30, mes collaborateurs ont des choses à voir avec moi, des dossiers sur lequels nous devons discuter et faire le point des affaires du lendemain.

18h20, ma secrétaire me redonne du courrier à signer avant qu’elle ne parte et me rappelle que je dois racheter du savon pour le cabinet (faudra que j’y aille demain…).

18h30, mon dernier rendez-vous de la journée vient d’arriver.

19h15, fin du rendez-vous, je dicte la note. Le comptable m’attend, il voudrait certaines informations complémentaires.

19h30, je rappele les clients qui n’ont pas réussi à me joindre en direct dans la journée.

19h50 tout le monde a quitté le cabinet, sauf moi. Je suis enfin tranquille, le téléphone est renvoyé, je vais pouvoir étudier les dossiers qui demandent mon intervention, rédiger des écritures.

21h zut, je suis encore en retard pour diner, j’appelle pour prévenir.

Selon les semaines, les journées varient parfois sans audience ou sans rendez-vous. Quand la semaine est trop chargée, seule solution pour pouvoir finaliser ce qui doit l’être: rester certains soirs jusque tard et venir le week end.

Heureusement que j’aime la variété et l’intensité…