Dans un très grand nombre de procédures, dont beaucoup en droit de la famille, au moment où il reçoit les parties, le Juge ignore absolument tout de leur affaire. C’est très déroutant pour les justiciables, qui la plupart du temps ne s’y attendent pas et imaginent que le Juge sait tout ce qu’ils ont dit à leur avocat.

Cela peut paraitre surprenant mais en fait l’explication tient à la genèse de chaque affaire.

Lorsque l’on dépose une demande devant un tribunal, aucune des pièces justificatives n’est déposée avec. La demande n’est pas lue par le juge mais survolée par un greffier qui détermine de quel type d’affaire il s’agit et l’attribue à tel ou tel juge et fixe une date d’audience.

Dans de nombreuses procédures, en fait dans celles qui n’exigent pas l’intervention obligatoire d’un avocat, le juge ne suit pas les échanges de pièces et d’écritures qui se font entre avocats, c’est le cas dans les procédures concernant les enfants entre concubins ou entre époux déjà divorcés.

Dans ces procédures, lors de l’arrivée à l’audience, le juge n’a en tout et pour tout que la demande qui lui a été déposée. Normalement il devrait avant le début des débats l’avoir lu mais bien souvent il n’a pas eu le temps, tout au mieux l’a t’il parcouru. Au moment ou les entrent dans la pièce, le juge ne sait donc rien des échanges ayant eu lieu.

Au début de l’audience, les avocats remettent au juge leurs dernières conclusions, dont il n’a donc pas eu connaissance. Il va pouvoir les écouter plaider, et découvrir de cette façon le dossier. Puis à la fin des plaidoiries, les avocats remettent au juge le dossier de plaidoiries, qui contient l’ensemble des pièces justificatives de leurs demandes, (qu’ils se sont échangées entre eux avant mais qu’il n’ont pas remises au juge). C’est donc seulement à ce moment que le juge est en possession de tous les éléments du dossier, et c’est pour cela qu’il ne rend pas sa décision tout de suite mais la met en délibéré. Pour prendre le temps de lire tous les éléments qui lui sont fournis.

Quant aux procédures dans lesquelles le ministère d’avocat est obligatoire, par exemple les divorces, c’est à peine différent. En effet dans ces procédures s’il est vrai que les conclusions sont transmises au tribunal, le juge ne les lit pas. En effet, chaque jeu de conclusions annule et remplace le précédente. Ce n’est donc qu’à la fin une fois qu’il a cloturé les débats que le juge a entre les mains les demandes définitives de chacun. Mais il n’a aucune pièce.

Certains tribunaux demandent à ce que le dossier de plaidoiries leur soit déposé à l’avance afin qu’il puisse étudier l’ensemble du dossier avant l’audience et ainsi poser les questions adéquates aux avocats, mais c’est une minorité.

Dans l’ensemble, au moment des plaidoiries le juge, là encore, ne connaît pas ou peu le dossier, il a tout au plus survolé les écritures et n’a aucune des pièces. C’est à la fin des plaidoiries qu’elles lui seront remises et il étudiera donc le dossier durant son délibéré.