La peur n’évite pas le danger, mieux vaut prévenir que guérir.

Ces maximes populaires sont tout aussi vraies en droit que dans la vie quotidienne.

Combien de nos clients regrettent d’être restés sans rien faire et sans rien savoir, pendant des mois, parfois des années, écoutant au gré du vent les conseils des uns et des autres, brèves de comptoir plus qu’informations.

Et puis un jour, souvent poussés par une assignation ou une requête en divorce, les voicis, tous penauds, assis devant nous, clamant leur bon droit et … regrettant amèrement de ne pas l’avoir fait valoir plus tôt.

Prescription, forclusion sont les mots de l’usure du temps juridique. Mais ils sont accompagnés d’une cohorte d’autres, de laisser faire et de laisser aller qui, tout autant, rendent ingérable un conflit qui, pourtant, aurait pû être résolu, plus tôt, moins embrouillé.

Les exemples sont légions et nous en connaissons des dizaines.

Alors, de grâce, quand vous avez un souci, achetez votre pain chez le boulanger et venez chercher conseil chez l’avocat, nulle part ailleurs.

Vous saurez, vous pourrez agir ou non mais vous serez éclairés!