Par principe le divorce à l’amiable, par consentement mutuel, nécessite le plein et total accord de chacun des époux sur l’ensemble des éléments de leur séparation.

Si certains éléments vont de soi, comme la nécessité de trouver un accord concernant le partage des biens, la pension alimentaire, la résidence des enfants ou le domicile conjugal, d’autres sont moins évidents au premier abord comme par exemple le partage des allocations familiales, les modalités exactes des transports des enfants ou la prise en compte de l’avenir donc de l’éventualités de nouveaux « intervenants », les futurs conjoints des divorcés.

Il est donc absolument impératif de voir avec son avocat la liste exhaustive des points à régler car laisser un élément dans l’ombre c’est ouvrir la voie à des conflits sans fins ultérieurs.