Nous parlons ici des époux en cours de divorce ou divorcés qui ont un domicile conjugal qui leur appartient, en commun ou en indivision qui va être occupé par l’un d’eux.

Comme je l’ai déjà expliqué ICI, le juge lors de l’ordonnance de non-conciliation va octroyer la jouissance du domicile conjugal et déterminer si cette jouissance est payante ou onéreuse.

La particularité de la jouissance à titre onéreux, est … de ne pas être payante immédiatement. En effet, le juge dans ce cadre ne peut déterminer le montant de l’indemnité due. Donc le principe est posé mais ne sera mis en application qu’ultérieurement, après le divorce. Et il est impossible, sauf accord entre les époux, d’en déterminer précisément le montant.

Et même lorsque cette jouissance est gratuite, elle ne le reste que durant la procédure de divorce, donc après c’est onéreux.

En parallèle, il est également fréquent que le juge prévoit que l’époux qui n’y demeure pas soit tenu au paiement du crédit, mais à charge de remboursement ultérieur.

Enfin, fréquemment, l’époux dans les lieux ne se sent pas obligé, parfois par manque de moyen, de participer aux charges de copropriété ou aux paiements des taxes foncières; mais il ignore qu’à terme ces sommes lui seront demandées.

C’est au moment de la liquidation du régime matrimonial que la dure réalité apparaît et, plus l’occupation a duré, plus dure est la chose. En effet, c’est l’heure des comptes. On calcule donc les indemnités d’occupation mensuelles, les remboursements de crédit, les charges et taxes avancées … et on retire la somme de la part de l’époux. 

C’est la maison de pain d’épices, petit à petit le conjoint qui est resté dans la maison a grignoté sa part, sans toujours s’en rendre compte et à force il va percevoir beaucoup, beaucoup moins qu’il ne croyait.

Il faut donc être très conscient du coût réel d’une occupation du domicile conjugal et en mesurer les conséquences avant de la poursuivre trop longtemps.