Divorcer est toujours une souffrance, un stress majeur.

Il faut faire le deuil de son mariage, de ses rêves, de tout ce qui semblait acquis et même, parfois, de ce que l’on croyait savoir de l’autre qui se montre soudain sous un jour nouveau, inacceptable.

Les premiers temps d’une procédure de divorce sont fondamentaux puisque, rapidement, il est question de savoir ou vont vivre les enfants, qui va jouir du domicile, payer les prêts, combien on va avoir pour vivre…

Pour les deux époux c’est un moment d’une grande violence, avec beaucoup de douleurs. Celui qui est à l’origine du divorce a, à ce stade un avantage, il a plus de temps pour s’y faire et se préparer. Mais en contrepartie il doit aussi faire avec son sentiment de culpabilité car c’est par lui que la séparation arrive…

Tout cela est psychologiquement très lourd et les avocats, pas plus d’ailleurs que les magistrats, ne sont pas formés pour apporter à leurs clients l’aide adéquate.

Il faut donc savoir, lorsque la souffrance est trop lourde, requérir l’aide d’un « psy », qui saura écouter, aider, et soutenir dans cette période difficile.