Depuis l’article 388-1 du code civil, le juge doit entendre l’enfant qui en fait la demande dans une affaire le concernant.

La parole de l’enfant, et plus encore celle de l’adolescent ont pris depuis lors une place fondamentale, voire même prépondérante et trop souvent les juges se retranchent derrière le désir de celui-ci pour statuer, au vu de son âge.

Mais c’est ignorer deux vérités qui, si elles ne sont pas juridiques n’en sont pas moins des réalités quotidiennes. 

1°) Les adolescents ne sont pas des adultes et il n’y a pas de raison pour que sous un fallacieux prétexte on leur délègue un pouvoir dangereux, celui de décider de leur lieu de résidence quand les parents sont séparés donc, d’être les acteurs de cette séparation.

2°) Les adolescents sont en révolte et ils sont donc particulièrement manipulables par celui des parents qui va, pour obtenir ce qu’il veut, leur offrir ce qu’ils désirent au mépris parfois de leur intérêt final.