Dans une affaire dans laquelle elle a systématiquement subit de la part de son ex-mari un refus de présentation des enfants sans pour autant obtenir d’être soutenue par le judiciaire et l’exécutif, Madame Plasse est partie littéralement en guerre pour faire reconnaître sa volonté de voir ses enfants et l’attitude de refus systématique de son ex-époux, que les pesanteurs et lenteurs judiciaires ont rendues possibles.

Après avoir obtenu que la France soit condamnée par la CDEH pour ne pas lui avoir permis d’exécuter la décision fixant son droit de visite et d’hébergement, elle a saisit les tribunaux français pour obtenir la condamnation de l’Etat.

Par un arrêt du 18 mai 2010, la Cour d’Appel d’Aix en Provence a condamné l’Etat pour déni de justice (article L141-1 du code de l’organisation judiciaire) et manquement de l’Etat à son devoir de protection juridictionnelle comprenant le droit pour tout justiciable de voir statuer dans un délai raisonnable. 

Ci-dessous l’arrêt intégral, merci à Me Ravaz, l’avocate de Mme Plasse, de m’en avoir adressé copie et d’avoir autorisé la publication ici.