C’était la semaine passée et pourtant la colère ne m’a guère quittée. Une audience aux affaires familiales en Ile de France. 

Quelques jours avant l’audience je suis prévenue que l’un des enfants a demandé par écrit à être entendu par le juge. Dans ces conditions, afin d’éviter à tous un inutile déplacement (et les frais inhérents), je prends soin de téléphoner au greffe (ce qui prend plusieurs jours…) pour m’assurer de l’éventuel report. Que nenni, répond la greffière, il n’y aura pas de report. 

Parfait, dossier sous le bras je me présente (avec il est vrai un peu de retard dû à des embouteillages intempestifs) à l’audience. Et in limine litis, Madame le Juge nous annonce que vu la demande de l’enfant, elle va reporter l’audience … et au mois d’octobre en prime.

J’exprime ma surprise, vu mon appel de la veille concernant le report, et mon inquiétude sur la date lointaine choisie car pendant ce temps la situation est critique pour l’aîné des enfants et « l’intérêt supérieur de l’enfant » me semble nécessiter de prendre des mesures plus proches. 

Les clients se sont déplacés, les avocats aussi, peu importe à Madame le Juge qui ne tient visiblement aucun compte ni du dérangement, ni du coût financier pour les justiciables. Puisque la procédure est orale, il est bien normal dit-elle que tout le monde se déplace… 

Quand on sait qu’il est usuel que les reports se fassent par courrier quand cela s’avère utile, on comprend ce que cette remarque peut avoir de choquant ici puisque de principe le juge savait depuis plusieurs jours qu’il y aurait report. Il aurait suffi de m’en informer par téléphone et nul ne se serait déplacé, on aurait même économisé le précieux temps de Madame le Juge. 

Et lorsque j’insiste sur le problème de date, la nécessité d’agir dans l’intérêt de l’enfant (et la convention de New York, Madame le Juge?), peu lui chaut, visiblement elle n’a l’intention de faire aucun effort d’agenda. 

A t’elle envisagé que si l’enfant a écrit si tard c’est par crainte de la réaction de son autre parent et que la durée d’attente va le faire souffrir? 

A t’elle pensé que l’aîné de son côté est laissé dans une situation grave pendant encore 6 mois? 

Et moi qui croyais que l’élément fondamental des décisions du JAF devait être l’intérêt supérieur de l’enfant??? 

Non Madame le Juge les justiciables ne sont pas à la botte et les avocats ne sont pas des empêcheurs de juger en rond. Notre rôle à tous est de participer au service public de la justice. Vous avez fait le choix d’être fonctionnaire, c’est un noble rôle que celui du service public, auriez-vous oublié que cela signifie être au service du public et non l’inverse…