Le juge doit trancher en fonction des règles de droits, de la jurdiprudence et prendre en compte la situation des parties eut égard aux us et coutumes.

Tout cela est bel et bon et lorsque d’un pas guilleret (pour les avocats) ou pesant (pour les justiciables) l’on va plaider un dossier, c’est en principe devant un magistrat compétent, parfaitement formé, qui connait la matière.

Enfin ça, c’est le principe, voire le rêve d’une justice conforme à ce qu’elle devrait être.

Dans la réalité, les choses sont parfois fort différentes car, curieusement, la Chancellerie ne tient absolument aucun compte des compétences des magistrats lors des attributions de poste, pas plus d’ailleurs que de leurs désirs en termes de branche du droit sur lesquelles statuer.

Peu importe que tel magistrat ait passé les dernières années à pratiquer le droit du travail à la Cour, il peut parfaitement être nommé en droit de la famille, à lui de se débrouiller pour devenir compétent, même si c’est une matière dont il se désintéresse.

Il est vrai que la grande majorité de nos magistrats, conscients de la difficulté, font des efforts méritoires pour réviser, apprendre et être au fait de la chose à leur arrivée en poste. Mais la réalité lorsqu’ils statuent à juge unique est qu’ils vont apprendre « sur le tas » et que malheureusement c’est un « tas » de justiciables…

Du coup nous sommes parfois amenés à être excessivement didactique, au risque de froisser la susceptibilité d’un magistrat compétent.

Mais quel gâchis! Alors qu’on nous demande une compétence absolue et que nous avons une obligation de moyens à cet égard, de l’autre côté on fait peu de cas de la nécessité de la spécialisation et on ballote les magistrats d’un poste à l’autre, d’un droit à l’autre, sans bénéficier de compétences et d’expériences qui pourraient être fondamentaux.

Le résultat est une surcharge des Cours d’Appel et puisque le temps est à l’économie, ne pourrions nous pas espérer une meilleure gestion du personnel du Ministère de la Justice afin d’éviter les appels dus à l’incompétence de juges de bonne volonté mais sans aucune formation…

On redorerai par la même occasion le blason trop terni de la Justice car comment expliquer à un client que le juge a rendu une décision invraisemblable, qu’il ignore tout d’une loi certes relativement récente mais tout de même…

Rêvons un peu à ce que pourrais être une Justice ou la compétence technique et les choix humains seraient aussi pris en compte pour les carrières…