Fin juin le parlement a adopté à l’unanimité une loi pour lutter contre les violences conjugales et a créé le délit de violence psychologique au sein du couple. Cette loi entrera en vigueur à la rentrée.

Ce nouveau délit est défini par « des actes répétés, qui peuvent être constitués de paroles et/ou d’autres agissements, d’une dégradation des conditions de vie entraînant une altération de la santé physique ou mentale« . La peine maximale encourue est de trois ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende.

S’il est évident, tous les praticiens en sont le témoin, qu’il existe des violences psychologiques parfois dramatique au sein des couples, la mise en oeuvre de ce nouveau délit s’avérera sans doute extrêment difficile et les syndicats de magistrats s’en sont déjà fait l’écho.

Une double difficulté: la définition d’une violence psychologique et la preuve de celle-ci.

Un constat: au moment de la séparation, la décision est nécessairement prise par l’un des deux qui décide de mettre fin au couple. Parmi les phases psychologiques de la séparation, la colère contre l’autre est un moment inéluctable. La défiance est au rendez-vous et il est évident que la situation tendue aggrave la douleur psychologique créée chez chacun par la séparation. Le fait que la séparation physique soit souvent reportée, pour des raisons financières ou judiciaires, aggrave le quotidien. Où se situera la limite???

Espérons que chacun saura raison garder… ce qui n’est pas évident dans ce type de situation.