La Cour de justice de l’Union européenne s’est prononcée, le 5 octobre dernier, sur l’interprétation du règlement 2201/2003/CE relatif à la compétence, la reconnaissance et l’exécution des décisions en matière matrimoniale et en matière de responsabilité parentale, dit « règlement Bruxelles II bis » (J. McB / L. E., aff. C-400/10 PPU). 

La difficulté soumise à la Cour tenait à la spécificité du droit Irlandais qui considère que la mère a de droit la garde des enfants et que le père ne peut avoir ce droit qu’en accord avec la mère ou par décision d’un tribunal. 

Dans l’affaire concernée, la mère avait quitté l’Irlande pour l’Angleterre avec les enfants du couple et peu après le départ de la mère, le père saisit la juridiction Irlandaise pour obtenir le droit de garde et la reconnaissance que la mère avait illicitement déplacée les enfants. 

La question posée était donc double: 

  • est-il légitime qu’un Etat Européen reconnaisse a priori un droit de garde pour la mère et pas pour le père?

  • les enfants déplacés dans ces conditions l’ont ils été illicitement permettant la mise en oeuvre de la convention de la Haye?

La Cour considère dans cet arrêt que le règlement ne s’oppose pas à ce que le droit d’un Etat membre subordonne l’acquisition du droit de garde à l’obtention par le père d’une décision de la juridiction nationale compétente, qui est susceptible de rendre illicite le déplacement de l’enfant par sa mère ou le non-retour de celui-ci. Elle ajoute que cette législation nationale n’est contraire ni à la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne ni à la Convention européenne des droits de l’homme. 

Le déplacement des enfants dans ces conditions était donc licite.