Souvent submergés par le nombre de dossiers et le manque de personnel, les tribunaux tentent de gagner du temps en se réorganisant, ce qui est en soi une excellente chose. 

MAIS les choix faits par certains sont pour le moins dommageables pour le justiciable. Se renfermant sur eux-même les tribunaux se rendent totalement injoignables, pas de réponse au téléphone ni par email, impossible même pour les avocats de voir les magistrats et enfin refus des plaidoiries! 

S’enfermant dans la tour d’ivoire de l’administration, certains tribunaux semblent considérer que le justiciable (et son représentant l’avocat) sont une gêne, un ralentissement au bon fonctionnement de la justice!!! 

Deshumaniser une institution n’est jamais la preuve d’un progrès, c’est la porte ouverte aux incompréhensions et aux injustices les plus flagrantes. 

La pratique quotidienne des emails, nous apprend combien il est difficile d’avoir une bonne compréhension par ce biais et qu’il est nécessaire d’avoir une discussion de vive voix de temps à autre pour recadrer les difficultés liées à l’échange épistolaire. 

Refuser toute discussion, toute exposé oral sous pretexte de gagner du temps, c’est perdre en humanité… Et comment accepter une telle perte dans les affaires familiales! 

Pourtant c’est une pratique de plus en plus courante: après s’être rendus téléphoniquement indisponibles, ne jamais répondre aux emails, refuser les rendez-vous, certains tribunaux n’acceptent aujourd’hui plus les plaidoiries sauf à faire une démarche spéciale pour expliciter la demande… 

Les hopitaux ont eu leur charte de bonne pratique pour s’interesser au malade et non à la maladie, il serait temps que les tribunaux s’y attellent et mettent le justiciable au coeur du système et pas seulement le conflit à trancher.