Lorsque vous divorcez, vous avez l’obligation de liquider votre régime matrimonial, c’est à dire de partager vos biens et de faire les comptes entre vous.

A cette occasion, l’état prend une taxe de 2,5% de l’actif net partageable. Si vous avez des biens immobiliers, vous êtes obligés de faire cette liquidation devant notaire. Dans ce cadre, c’est lui qui percevra pour l’Etat les 2,50% auxquels s’ajouteront 0,10% de cotisation de sécurité immobilière (ancien salaire du conservateur), environ 1% pour le notaire (variable selon les situations) et quelques frais fixes pour les hypothèques notamment.

Le pourcentage du notaire est fixé par décret de sorte que dès le premier rendez-vous il pourra vous faire un calcul assez proche de la réalité.

Pour simplifier et vous éviter toute mauvaise surprise comptez entre 3,8 et 4% de l’actif net (les récompenses n’étant pas défalquées).

Le partage entre vous des frais est libre dans un cadre amiable, sinon c’est au prorata de votre propriété.

Sachez enfin que le notaire percevra cette somme dès la signature de l’acte et que vous devrez vous en acquitter par virement puisqu’un texte récent interdit au notaire de recevoir un règlement par chèque lorsque la somme globale due pour le dossier dépasse 10.000 euros.