Remettons le justiciable à sa place, au centre de nos débats et intéressons-nous à son bien-être.

Juges ou avocats, formés au même moule des facultés de droit, nous sommes des théoriciens du droit et rien ne nous a préparé aux problèmes affectifs que nous devons gérer au quotidien, ni aux questions pratiques des justiciables.

Retrouvez l’article complet sur le village de la justice