Lorsque les parents ne demeurent pas à proximité, la mise en place du droit de visite et d’hébergement nécessite de prévoir les modalités de déplacement des enfants.

La formule usuelle des décisions est que l’un des parents devra amener ou faire amener l’enfant par une personne de confiance.

Mais sur de longues distances, la difficulté peut-être considérable car faire le trajet avec l’enfant pour l’amener à l’autre parent est non seulement un coût important mais aussi un temps de déplacement parfois difficile à gérer, surtout lorsqu’il est circonscrit dans un week-end.

Depuis longtemps les compagnies aériennes ont mis en place un système (au demeurant assez couteux mais qui a le mérite d’exister) de voyage pour les enfants non accompagnés.

La SNCF s’y est mise aussi. Ce service JVS (Jeunes Voyageurs Services) permet de faire voyager un enfant de 4 à 14 ans en train seul avec un accompagnant ou en groupe selon les dates et les destinations.

Il est fondamental de connaître ces possibilités car elles permettent de mettre en place dans les meilleures conditions possibles un droit de visite et d’hébergement plus serein entre parents éloignés qui pourraient connaître sinon des difficultés de déplacement.

Bien entendu il est possible de demander au juge le partage du coût ou sa prise en compte lors du calcul de la pension alimentaire.