Il appartient aux parents, co-titulaires de l’autorité parentale, de décider de la pratique religieuse éventuelle de leurs enfants. Cette décision doit bien entendue être commune.

En cas de désaccord entre les parents séparés, le juge devra trancher en tenant compte notamment (mais pas seulement) de ce qui se passait durant la vie commune.

C’est pourquoi il est souhaitable lors d’une séparation ou d’un divorce de prendre en compte les pratiques religieuses existantes et de les prévoir.