J’avais fait en son temps un article très commenté sur l’aliénation parentale et les thèses de Gardner et un autre sur les jurisprudences en ressortant.

 Les études se poursuivent et thèses et anti-thèses se combattent, bataille de spécialiste.

 Il en ressort surtout que les psychologues ignorent ce qui se passe exactement dans la tête d’un enfant et redoute le trop grand pouvoir que les juges leur donne, espérant se décharger sur eux de décisions souvent lourdes.

 Dans tous ces cas les enfants souffrent et une conclusion en ressort: il faut que les juges prennent leur décision en se faisant un avis personnel et sans croire à la magie des experts.

 Pour vous permettre de vous faire une idée, vous pouvez consulter le site internet de l‘association aliénation parentale qui soutient la thèse de l’aliénation parentale et le texte de Carol S. Bruch qui le combat.