Un couple qui se sépare, qu’il s’agisse d’un couple marié, concubin ou pascé, d’homosexuels ou d’hétérosexuels, c’est la fin d’une histoire d’amour, une fin souvent douloureuse, parfois insupportable.

Quand il y a un enfant, un lien doit rester et parfois se construire sur les décombres affectifs de ce couple.

Il est parfois difficile de considérer que celui ou celle qui fait tant souffrir, qui a des réactions aussi violente est un parent respectable. Mais la bonne santé morale des enfants dépend de la capacité des parents à créer ou restaurer leur couple parental au delà des ruines du couple amoureux.

Il n’existe pas de formule magique et, quelques soient les décisions judiciaires qui interviendront, elles n’auront pas la capacité de changer l’attitude de l’autre, au contraire elles risquent de la figer.

Lorsque la communication est totalement rompue entre les « ex » les procédures contentieuses ne font que stigmatiser les difficultés, loin de les réparer.

Il est donc impératif dans l’intérêt des enfants de faire tout ce qui est possible pour que le couple parental puisse fonctionner.

C’est le but de la médiation, du droit collaboratif et plus généralement des solutions alternatives aux réglements des conflits que les avocats spécialement formés peuvent proposer à leurs clients pour tenter de trouver des modalités acceptables pour tous de régler les différents.

Le contentieux est nécessaire parfois mais il faut savoir le réserver aux seuls cas où il est indispensable et utile.