Les plaidoiries sont pour le profane, la quintessence du travail d’avocat. En réalité ce n’est plus le cas aujourd’hui et l’avocat fournit un gros travail d’étude et de recherche, ainsi qu’un suivi important du client mais les plaidoiries restent un moment important du dossier, tant objectivement que subjectivement.

Pour le client, les plaidoiries sont fondamentales, elles permettent de présenter son vécu, la réalité de sa situation, de réagir à l’attitude de l’autre si c’est nécessaire.

Pour le tribunal, les plaidoiries présentent le dossier, lui en donnent une image, lui permettent le cas échéant un échange éclaircissant des points que les écrits n’avaient pas pu faire apparaître. 

Il est possible oralement de dire des choses que l’on ne peut écrire, de l’ordre souvent du ressenti.

En outre, plaider c’est aussi l’occasion pour les dossiers très complexe, de présenter les choses différemment de sorte que le juge ait plusieurs éclairages.

Mais surtout, c’est selon le type d’audience que changent les plaidoiries et il faut un vrai rapport de confiance entre l’avocat et son client.

Car si dans un divorce au fond, on plaide sur la base des arguments échangés préalablement, sans surprise, il en va différemment des audiences de non conciliation, de référé, ou d’enfants naturels. Là c ‘est l’échange qui créé la plaidoiries et si l’on a un canevas avant de partir du cabinet, il faut l’adapter en fonction de la situation, des réactions des uns et des autres, pour bien faire comprendre la position du client.

C’est un exercice que j’aime pratiquer, il nécessite une grande concentration et une connaissance parfaite de son dossier et de la matière pour ne pas se faire surprendre. C’est un moment d’adrénaline ou il ne faut jamais se départir du respect du client, des personnes présentes et concernées.

Pour le client présent c’est un moment fort et douloureux, il a besoin de l’aide et du soutien de son avocat et, comme l’a rappelé récemment (ici) un lecteur de ce blog, cela joue fortement sur le moral de l’époux, du parent concerné.

Être un plaideur, c’est aussi en avoir conscience et savoir s’adapter au besoin particulier de chaque client, de chaque dossier tout en gardant sa combativité.