La justice n’est pas juste car ce n’est pas son rôle m’a t’on appris à la fac. La justice serait une sorte de ciment social, conforme à la société dans laquelle elle vit. Exit le rôle de Zorro redresseur de torts, nous ne serions que de l’huile dans les rouages de notre société.

Cette phrase m’avait frappée et j’y repense chaque fois qu’un parent vient désespéré de savoir que l’autre parent a décidé de déménager loin et qu’il risque de ne plus voir ses enfants, chaque fois que je suis obligée d’informer un conjoint qui vient d’apprendre qu’il est « remercié » qu’il n’y a en réalité quasi aucune conséquence à la faute et que le divorce est inéluctable si l’autre le désire.

Les lois récentes en droit de la famille tentent de calmer les différends, et c’est une excellente chose. Mais oublier la réalité psychologique de ceux qui souffrent c’est aussi prendre le risque d’une escalade différente mais tout aussi violente.

Le sentiment d’injustice est parfois pour le justiciable d’une telle force qu’il a besoin d’en appeler à Justice, et si cela n’est pas possible, il peut alors entrer dans une véritable guérilla familiale, dont les enfants sont souvent les plus grandes victimes. 

La « mode » législative est à forcer les gens à être raisonnable, on envisager le recours forcé à la médiation et l’on nie purement et simplement les douleurs morales que causent une séparation.

S’il est clair qu’il est souhaitable de pacifier les relations et que le rôle de la justice (et de l’avocat) n’est surtout pas de « mettre de l’huile sur le feu » mais au contraire d’appeler à la raison et de calmer les esprits autant qui possible, il n’en demeure pas moins que l’on ne peut ignorer la réalité psychologique d’une famille et qu’il serait parfois plus judicieux de circonscrire le débat au lieu judiciaire plutôt que d’amener la famille entière dans l’arène, chacun devenant un gladiateur involontaire.