l fût une star des preuves, c’est aujourd’hui une star déchue et oubliée de tous.

Le constat d’adultère est un constat d’huissier donc quasi-incontestable. Avoir un constat d’adultère c’est avoir la preuve absolue de l’adultère de l’autre.

L’époux suspicieux mais bien informé veut prendre son conjoint « sur le fait ». Pour cela il espionne, interroge et apprend la date du prochain rendez-vous galant de son conjoint adultère.

Il en informe alors son avocat qui saisit le juge des requêtes afin de faire autoriser un huissier à établir ledit constat d’adultère.

Dûment mandaté par l’ordonnance du juge, l’huissier se présente au jour dit et frappe à la porte…

Il entre et constate les personnes présentes, comment elles sont vêtues, l’état des lieux (désordre, vêtements) …

Du temps ou il fallait prouver la faute pour divorcer c’était indispensable, à l’époque ou les torts exclusifs exonéraient d’obligations financières, c’était utile. Ces constats ont fait la joie du Théatre de Boulevard

Aujourd’hui la faute et notamment l’adultère, n’a plus l’intérêt d’antan dans le déroulement de la procédure de divorce, comme je l’ai déjà expliqué.

Le constat d’adultère qui est compliqué à mettre en oeuvre et couteux (il faut payer l’avocat pour la requête et l’huissier pour le constat) est toujours possible mais n’a plus beaucoup d’utilité.