La « main courante » est une déclaration faite au commissariat ou à la gendarmerie. Le gendarme (ou le policier) consigne sur un registre les déclarations qui lui sont faites, sans vérifier quoi que ce soit et donne au déclarant un numéro d’enregistrement qui lui permettra d’obtenir copie de sa déclaration.

Ces déclarations unilatérales n’ont en soi pas grande utilité et peuvent en outre s’avérer totalement contraire aux souhaits du déclarants.

En effet, la main courante est fréquemment présentée dans les commissariats et les gendarmeries comme une sorte d’alternative « douce » à la plainte. Pourtant il n’en est rien.

S’agissant d’une simple déclaration unilatérale, ca n’est pas une preuve utile devant un tribunal.

S’agissant cependant d’une déclaration faite à la police ou à la gendarmerie, elle peut entraîner des poursuites pénales, même sans volonté de la part du déclarant. En effet, si des faits délictueux sont portés, même par ce biais, à la connaissance du Ministère Public, il peut décider de poursuites pénales.

Les juges savent parfaitement qu’il s’agit de simple déclaration, ce n’est nullement une preuve et l’amoncellement de mains courantes en période de divorce n’a absolument aucun intérêt.

Si vous subissez un délit, notamment des violences conjugales, la main courante n’est pas adaptée et pas acceptable. Vous allez au commissariat ou à la gendarmerie et vous portez plainte. Et vous faites constater les blessures ou les traces de coups par le service de médecine légale local dont la gendarmerie ou le commissariat vous donnera les coordonnées.

En aucun cas ils ne peuvent refuser de prendre votre plainte!