Cette lapalissade ne l’est en réalité pas tant que cela. Au quotidien, nos clients nous demandent de trouver un moyen de ramener l’autre à la raison, d’obtenir qu’il soit logique, raisonnable et qu’il accepte une négociation qui semble pour le moins de l’intérêt de tous.

Mais la logique est loin d’être la base unique de discussion dans les dossiers touchant au droit de la famille et il arrive assez fréquemment que l’autre ne veuille tout simplement pas engager la moindre négociation. Parfois, le temps aidant, les choses s’apaisent mais pas toujours.

En outre, l’avocat n’a aucun accès direct à l’autre personne, il n’a pas le droit de le contacter directement, il passe nécessairement par l’avocat adverse. Et si je sais parfaitement ce que je dis à mon confrère et que je peux lui transmettre tout ce que mon client désire voir passer comme message, je ne peux par contre absolument pas savoir comment ce message précis sera retranscrit par l’autre avocat à son client.

Pour résoudre ces difficultés, on peut proposer des rendez-vous à quatre, mais encore faut-il que chacun en ai le désir, là encore, on ne peut forcer le rendez-vous.