La plupart des droits de visite et d’hébergement prévoient un partage des vacances scolaires par moitié.

Trop souvent, la question de la date précise, voire de l’heure se pose car elle a été omise dans la rédaction initiale.

La loi ne prévoit rien de particulier en ce qui concerne les droits de visite et d’hébergement, les parties et les juges sont libres de leurs choix. D’ailleurs, toutes les décisions en la matière prévoient que les parents pourront trouver un meilleur accord, c’est à dire agir différement de la décision pourvu qu’ils le fassent ensemble.

L’expérience prouve que même lorsqu’un couple divorce ou se sépare dans les meilleures conditions possibles, un problème peut survenir au cours des années et dans ce cas, le premier point de désaccord concernera les modalités pratiques de mise en oeuvre du droit de visite et d’hébergement.

Il faut donc impérativement voir avec son avocat, au moment de la mise en place de ce droit, les modalités pratiques applicables qui serviront de rembarde de sécurité en cas de désaccord.

Tant que tout va bien elles seront inutiles, mais en cas de problème, elles éviteront une cristallisation du conflit dont l’enfant serait, malheureusement, la victime.

Si vous n’avez rien prévu et que cela pose aujourd’hui problème, sachez qu’il est toujours possible de saisir le tribunal d’une demande de modification afin de résoudre les difficultés. Allez donc voir votre avocat, envisagez un processus de médiation si l’autre parent l’accepte et dans tous les cas, faites valider ou juger par le tribunal.